Kacey Young

Kacey Young

La canoïste de 12 ans chausse de grands souliers

 La diminutive canoïste Kacey Young n’a pas peur de se mesurer aux plus grandes.

Comptant un an d’expérience seulement, la jeune athlète de 12 ans affirme qu’en dépit du fait qu’elle est la plus petite étudiante de sa classe, son expérience de course contre des jeunes de 16 ans en août dernier a aidé à lui donner confiance en elle et elle sait désormais qu’elle peut accomplir ce qu’elle veut.

« Je faisais du canoë avec mon amie lors d’un festival annuel, s’est rappelée Young, qui pratique de nombreux autres sports, y compris le hockey, le basketball et le volleyball. C’était notre première fois et nous ne savions pas vraiment quoi faire. Nous avons poussé et pagayé tellement fort que nous avons battu tous les plus vieux et avons terminé en première place. »

La préadolescente sportive de la nation crie d’Opaskwayak se considère « très compétitive » et dit qu’être taquinée au sujet de sa taille est l’un des plus grands défis qu’elle a dû surmonter.

« Je me fais dire sans arrêt que je suis petite, a dit Young. Les taquineries font que les personnes se sentent mal, mais quand les gens m’encouragent lors d’une compétition sportive, je deviens heureuse et je fais de mon mieux. »

Issue d’une famille sportive, Young suivra les traces de sa mère cet été lorsqu’elle participera aux Jeux autochtones de l’Amérique du Nord 2017 de Toronto (JAAN). Sa mère, Kim Young, a elle-même pris part aux Jeux à trois reprises, remportant deux médailles en canoë et une en basketball à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Young dit que c’est en grande partie sa mère qui l’a incitée à devenir athlète.

« La première fois que j’ai décidé que j’allais participer à des compétitions de canoë est quand j’ai vu ma mère prendre part à des courses locales, a déclaré Kacey. Elle pratique encore de nombreux sports tels que le volleyball, le baseball, la boxe et le pagayage. Elle m’a aidé à m’entraîner au pagayage. Ma mère et mon père m’ont appuyé dans tous les sports que j’ai voulu essayer. »

D’origine Opaskwayak du côté de sa mère et Pimicikamak du côté de son père, Kacey dit qu’elle ressent une forte connexion avec sa culture. Elle a commencé à prendre part à des rituels de purification spirituelle au cours des dernières années et a récemment commencé à pratiquer la danse pow-wow.

« La purification vous aide à vous sentir mieux si vous avez eu une mauvaise journée, a dit Young. La danse pow-wow est juste amusante. »

Avec cinq frères et sœurs plus jeunes des deux côtés de la famille, Young reconnaît que beaucoup de gens la prennent en exemple. Malgré son âge, elle affirme qu’elle ressent la responsabilité d’être un bon modèle et est heureuse de représenter sa province cet été aux JAAN 2017 de Toronto.

« C’est vraiment génial de faire partie de l’équipe du Manitoba, a déclaré Young. Je suis fière de représenter ma province et ma communauté. J’ai vraiment hâte. Ce sera ma première compétition d’envergure. »

0001-7

X